dimanche 23 octobre 2011

Un atelier tout neuf!

   Voici en exclusivité les toutes premières images du tout nouvel atelier des Coureurs des Bois!
Du "fait maison" et sans banquier... une réussite!
Une charpente de près de 70m2 toute proche de notre lieu d'habitation qui, dorénavant, servira d'atelier bois pour la conception des ossatures et mobilier. Le déménagement a eu lieu cet été et a pris un certains temps..... Au final, moins d'espace, moins de matos, mais plus de fun et un cadre de travail plutôt sympa!
Enfin, les premières réalisations "yourtesques" sous  la charpente ont vu le jour et l'espace commence a devenir fonctionnel grâce aux précieux coups de mains des amis.
Spéciale dédicace et remerciements a:
Marie-Jo, Mélanie, Marsault, Jean-Christophe, René, Laurent.D, Adrien, Mathieu, Antoine, Michel, Jean, Bruno, Laurent.L, Philippe, Franck, Benoit, Laurent.L et les autres!
Y'a plus qu'a faire chauffer la colle, comme on dit!

samedi 3 septembre 2011

Une yourte Kirghize Ardéchoise au Portugal....

 La dernière née de l'Atelier (4m de diamètre) est fin prête pour son voyage! Destination    le Portugal, près de Castelo Branco.




 1ere couche de feutre...
 On en rajoute une couche...
 et on s’arrête la!


Et voila! Tout est prêt! Bon voyage!
Et Merci à Claude.

samedi 9 juillet 2011

Yourte Kirghize de 16m²

Une des dernières yourtes (4,5m de diamètre) lors de son montage à blanc
Elle servira de chambre à un enfant.

Les perches de toit, sont au nombre de 58 (soit une tout les 24 cm!). Cette densité de perches (et donc de maillage des treillis) est très proche de celle des yourtes traditionnelles (C'est une des condition à l'utilisation du feutre comme revêtement extérieur tout en assurant une excellente rigidité à l'ossature).

On voit ici le cintre des perches de toit, typique des yourtes kirghizes, kazakhes et Turkmènes d’Asie centrale.
Celles-ci sont des gaulettes de châtaignier écorcées à chaud et huilées.
Le double cintrage des treillis représente un travail long et précis qui en plus de donner un style particulier à la yourte, permet la reprise des forces verticales ainsi qu'une contention périphérique, assurant ainsi une meilleur stabilité de l'ensemble.
Enfin, la jolie "Boz-huy" à deux portes prend sa forme.
Chaque partie de la yourte est confectionnée indépendamment. Monter une yourte pour la première fois procure à coups sur un sentiment d'accomplissement. Rassembler, unir, amener dans le cercle tous les éléments telles les pièces d'un puzzle, d'un mandala... à quelque-chose de magique... Une symbolique qui m'est chère!

lundi 16 mai 2011

Perches en bois rond...

A droite, perches de châtaignier "épluchée" et "planée

     Ce sont des gaules en bois rond de saules qui sont utilisées traditionnellement pour le cintrage des perches de toit en Asie centrale.
Elle donne à la yourte un aspect plus organique très différent des perches rectilignes en bois scié. 
 En Europe, Un grand nombre de fabricants de yourtes de type mongole utilisent en priorité du bois scié, plus droit et plus facile à obtenir.
Pourquoi du bois rond?
 La perche de toit des yourtes kirghizes ou kazakhes est cintrée sur sa partie inférieur et le bois rond entier permet d'obtenir ce cintrage à chaud sans risque de fragiliser ou de casser celle-ci sous l'effet de la contrainte.
De plus, à section égale, le bois scié reste beaucoup plus fragile que le bois rond naturel (non usiné), les fibres du bois restant intactes. Et cet l'aspect naturel plaît à beaucoup.
Cela dit, la gaulette droite, bien régulière, sans trop de nœuds, et en nombre important ne court pas toujours les bois!  A moins de connaître les bons fournisseurs.


L’écorçage:
     La méthode de cintrage ne permet pas de garder l’écorce, qui pli et se décolle à l'endroit de la courbe.
Si l'on souhaite garder l'écorce sur des perches droites, on obtient après étuvage une écorce très noir et très brillante (deuxième gaulette à gauche sur la photo ci-dessus). De plus, un étuvage à 100 degrés va assainir le bois de tout champignons ou parasites pouvant se cacher sous l'écorce... très esthétique pour du mobilier par exemple.
Il existe plusieurs moyens d’écorcer une perche de bois brut. C'est une opération assez longue si on choisi de le faire à la plane ou au couteau(!). Même si le banc d'âne (voir article précèdent) viens rendre le travail plus confortable.

  On peut aussi la peler comme une banane, en la travaillant fraîche et en la faisant séjourner assez longtemps dans une étuve ou dans l'eau bouillante (méthode employée par les fabricants de cannes).
Cette dernière technique est de loin la plus simple et la plus rapide, mais demande un équipement particulier. 
De plus, on ne touche pas aux fibres du bois! Un gain en solidité évident.
Le résultat est différent selon la méthode choisi. Le temps passé aussi, bien sur!

samedi 9 avril 2011

Fais ton Banc d'âne!

   Le banc d'âne (shaving horse) parfois appelé a tort "la chèvre".
Pour les tonneliers, il s'appelle La colombe.

Servant d'étau, il est l'outil complémentaire de la plane pour écorcer, ou travailler une pièce de bois. Traditionnellement, il est encore utilisé par les fabricants de tuiles en bois (tavaillons du Jura par ex.).

 Concernant la fabrication des yourtes, il m'est devenu indispensable (appointage des perches, réalisation de l'aplat pour le cintre, écorcage...). Celui-ci est le petit dernier né de l'atelier. Le banc est en Douglass, pieds en Châtaignier. La partie mobile et la table sont en Frêne. Fabrication sur commande (me contacter).



samedi 19 mars 2011

Tunduk, Tiundouk, Toono...

   Dés que nous pénétrons dans une yourte, le regard s'élève instantanément vers le sommet de celle-ci... le Toono (chez les mongoles), Tunduk, ou Tioundouk (chez les kirghizes). Il est le centre, le cercle. Il représente le tout fini et infini, l'unité et le multiple, le plein et la perfection. La féminité originelle et le grand cycle de la Vie.  
le Tunduk d'une 6m avec ses 78 trous
 Le Tunduk des yourtes kirghizes est bien plus léger et aérien que son cousin des steppes car il nécessite beaucoup moins de bois de part sa technique de fabrication qu'est le cintrage.
Il représente pour moi, l'alliance de la légèreté, de la souplesse et de la force!  Le féminin et le masculin réunit.
 
     Lorsque je réalise une yourte, je me concentre d'abord sur cette partie qui sera en quelques sortes, l'Esprit de la yourte. Tous les fabricants de yourtes seront d'accord je pense, en disant qu'il lui donnera sa personnalité, son essence. Chaque réalisation est unique!
Les éléments de renfort, sorte de barrettes, apportent également une touche esthétique à l'ensemble.

Le carré. A l'inverse du cercle ou demi cercle, il symbolise la terre et l'Homme dans son imperfection.  Le carré en position verticale, proche du losange, indique la dynamique du carré, le mouvement c'est à dire le principe même de la vie.

Au fur et à mesure des réalisations et des observations (je n'ai rien inventé!), des modifications et évolutions sont apportées. Comme ici, la fixation des arceaux qui formeront le dôme du Tunduk. Une mortaise carrée et brûlée (comme les trous des perches) permettra une meilleure stabilité.
Un petit "52 trous" fraîchement huilé
La demi-sphère ou demi cercle : Matrice. Elle est le symbole du ciel et la présence de l'esprit divin, le visible et l'invisible. La féminité en attente de fécondation.

Dés la sortie de l'étuve, le bois doit être cintré le plus rapidement possible. C'est un exercice de précision qui demande force et rapidité. Le choix du bois est dans ce cas très important. Il est issu de la partie proche du cœur de l'arbre (bois de quartier) et doit être sans nœud et "droit fil" afin d'éviter les points de faiblesse qui provoquerai un coude ou une déchirure.
Cette opération est délicate et procure à chaque fois une certaine dose de stress et d'adrénaline!


Et pour finir, un vrai de là-bas! Pas tout à fait rond quand même...