samedi 19 mars 2011

Tunduk, Tiundouk, Toono...

   Dés que nous pénétrons dans une yourte, le regard s'élève instantanément vers le sommet de celle-ci... le Toono (chez les mongoles), Tunduk, ou Tioundouk (chez les kirghizes). Il est le centre, le cercle. Il représente le tout fini et infini, l'unité et le multiple, le plein et la perfection. La féminité originelle et le grand cycle de la Vie.  
le Tunduk d'une 6m avec ses 78 trous
 Le Tunduk des yourtes kirghizes est bien plus léger et aérien que son cousin des steppes car il nécessite beaucoup moins de bois de part sa technique de fabrication qu'est le cintrage.
Il représente pour moi, l'alliance de la légèreté, de la souplesse et de la force!  Le féminin et le masculin réunit.
 
     Lorsque je réalise une yourte, je me concentre d'abord sur cette partie qui sera en quelques sortes, l'Esprit de la yourte. Tous les fabricants de yourtes seront d'accord je pense, en disant qu'il lui donnera sa personnalité, son essence. Chaque réalisation est unique!
Les éléments de renfort, sorte de barrettes, apportent également une touche esthétique à l'ensemble.

Le carré. A l'inverse du cercle ou demi cercle, il symbolise la terre et l'Homme dans son imperfection.  Le carré en position verticale, proche du losange, indique la dynamique du carré, le mouvement c'est à dire le principe même de la vie.

Au fur et à mesure des réalisations et des observations (je n'ai rien inventé!), des modifications et évolutions sont apportées. Comme ici, la fixation des arceaux qui formeront le dôme du Tunduk. Une mortaise carrée et brûlée (comme les trous des perches) permettra une meilleure stabilité.
Un petit "52 trous" fraîchement huilé
La demi-sphère ou demi cercle : Matrice. Elle est le symbole du ciel et la présence de l'esprit divin, le visible et l'invisible. La féminité en attente de fécondation.

Dés la sortie de l'étuve, le bois doit être cintré le plus rapidement possible. C'est un exercice de précision qui demande force et rapidité. Le choix du bois est dans ce cas très important. Il est issu de la partie proche du cœur de l'arbre (bois de quartier) et doit être sans nœud et "droit fil" afin d'éviter les points de faiblesse qui provoquerai un coude ou une déchirure.
Cette opération est délicate et procure à chaque fois une certaine dose de stress et d'adrénaline!


Et pour finir, un vrai de là-bas! Pas tout à fait rond quand même...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire