samedi 10 mars 2012

Une Yourte!? Où ça?

En ces temps aux yeux de nos institutions, l'habitat atypique ne fait pas bonne presse et la liberté d'habiter autrement est  parfois mal perçu, la yourte en feutre (ou "maison grise" pour les peuplades nomades d'Asie Centrale) offre une solution discrète en s'intégrant harmonieusement à son environnement.
Le Maire d'un village où nous avons monté une yourte en feutre tout dernièrement a même été séduit!


" Les nœuds sacrés de la vraie amitié se forment bien plus facilement sous un humble toit et dans les cabanes des bergers que dans les palais des rois" L'Arioste (poète italien)

"Ce ne sont pas les grandes maisons qui rendent riches mais les grands cœurs" Delia Tetreault




lundi 5 mars 2012

Magnifique ossature Kirghizo...Ardéchoise

    Coup d’œil sur cette ossature nomade de 6m de diamètre composée de 3 ouvertures vitrées.
Le treillis des murs est ici plus dense qu'à l'habitude (11 trous au lieu de 9) et le cintrage des perches de toit a été légèrement  accentué. Ce qui donne d'avantage de courbes et de rondeur!


Le tunduk ou anneau de compression: Cintrage frêne massif  (78 mortaises)
Les perches de toits, réalisées en gaulettes de châtaignier, sont écorcées a la vapeur et également étuvées afin d'obtenir le cintre caractéristique des yourtes ou Boz-huy d'Asie centrale.
Le treillis des murs sont réalisés en lattes de frêne doublement cintrées une à une à la vapeur.
La teinte rouge ocre est obtenue à partir de pigments naturels.
Assemblage des treillis traditionnel